RETOUR SUR LA SEMAINE DU VENT

La « semaine du vent » s’est cloturée vendredi dernier. Nous remercions toutes les personnes venues particiciper aux chantiers et discussions et réaffirmer haut et fort qu’il n’y aura pas de transformateur sur les terres de La Plaine. Voici le texte qui à été lu a l’assemblée de cloture.

IMG_3662

« Dans un contexte d’invasion industrielle de nos territoires, nous terminons « la semaine du vent » à l’Amassada sur la commune de Saint Victor et Melvieu. Suite à « la fête du vent » de l’été dernier, nous poursuivons nos objectifs de visibiliser nos luttes, notre combat à la plaine, de dénoncer les fables et mensonges de RTE et de la préfecture, de croiser nos regards, nos expériences, de créer du commun, bref de nous renforcer.
Cette semaine aura été aussi l’occasion pour nous de changer de temporalité et d’éprouver une semaine de vie collective et d’autogestion. Ainsi nous préparons les outils pour faire face à l’enquête publique, que l’on sait être la première pierre posée du chantier.
La semaine du vent c’était encore beaucoup de travaux, tous les éléments d’un futur dortoir sont prêts. La charpente est née avant même de voir les murs érigés. L’Amassada à aussi changé son intérieur, elle est désormais équipée d’un évier raccordé à l’eau de pluie et d’une mezzanine pouvant accueillir quelques couchages d’appoints. Une fresque géante surplombe la route et réaffirme que nous ne voulons pas de RTE. Enfin dans un dans un élan d’improvisation et de bonne humeur la « miradouche » domine dorénavant La Plaine.
Cette fois-ci, quand nous partirons, quand nous plierons les tentes, il restera plus qu’à notre arrivée, plus d’outils pour contrer l’envahisseur industriel.
Cependant, les chantiers ne sont pas terminés et il faudra aller au bout. Deux ou trois jours de chantiers pour les fondations et les murs en paille du dortoir, les chevrons de la charpente, autant d’occasion de se retrouver.
Nous appellerons dans ce sens à un week-end de chantier courant octobre.
La semaine du vent c’était aussi de nouvelle rencontre, des copains et copines venus des départements voisins et d’ailleurs, des retours et récits de luttes, du Larzac à Roybon, de Corréze à Bure et passant par les cévennes pour rejoindre la vallée de suza en Italie. Les assemblées d’inter- luttes nous amènent a cet amer constat d’une répression généralisée qui n’est pas du qu’à ce contexte sécuritaire del’état d’urgence mais bien aussi de cette volonté, des décideurs et aménageurs de vouloir faire taire tous discours ou attitude critique qui doute ou tout simplement s’oppose. C’est un nouveau mode de gouvernance que l’on tente de nous imposér. Ce tableau ne nous abbat pas, pour preuve ces nombreuses initiatives proche de chez nous : presse libre avec le journal « L’empaillé », cantine mobile autogérée « Le Plat Sympa », un nouvel outil d’organisation collective face à la répression « Ca dégénere »…
Que ce soit à Bure, en Haute Durance, au Val de Suze ou à Saint Victor ce sont bien en face les mêmes logiques froides et techniciennes, les mêmes dynamiques qui découpent les territoires,les rendent marchandables, les rentabilisent au détriment des gens qui y habitent.
En somme, l’Amassada continue d’avancer, plusieurs perspectives ont été tracées cette semaine, notament la préparation d’une manifestation à Rodez à travers un grand rassemblement et diffuser le film « Pas res nos arresta » pour que l’information sur l’éolien industriel se propage.
On se donne donc rendez vous prochainement!
L’Amassada
PAS RES NOS ARRESTA! »IMG_3657  IMG_3676 IMG_3703_

This entry was posted in General. Bookmark the permalink.