Texte lu à la manifestation du 21 janvier, par le collectif de l’Amassada

Rodez, le 21 janvier 2017

Voilà 2 ans, presque jour pour jour, que nous sabrions le champagne sous la neige à La Plaine pour célébrer la naissance et la construction de l’Amassada sur les terres convoitées par RTE. L’Amassada cela signifie « l’assemblée » en Occitan, mais au-delà de ce simple mot c’est aussi un point central et hautement stratégique qui nous permet de bloquer tout un tas de projets éoliens ; et c’est surtout une façon au quotidien de se tenir ensemble coûte que coûte, une manière de se rapporter à la lutte contre la mise sous contrainte de nos existences, contre la mise en coupe réglée des territoires.

Ces territoires les aménageurs, les investisseurs, et un grand nombre d’élus les ont cru dociles, malléables et soumis. Bien sûr il se trompent (comme toujours a-t-on envie de dire) ! Et nous ferons tout pour continuer de leur donner tort ! Il suffit de regarder le nombre que nous sommes aujourd’hui…

Qu’ils le veuillent ou non, nous habitons ces lieux, ces endroits, ces collines, ces plateaux, ces hameaux, ces villages qui nous sont chers. Et pour nous habiter ça n’est pas peu dire. Ça n’est pas une petite affaire individuelle qui s’accommode de tristes spéculations économiques.

Habiter c’est faire corps avec ce qui nous entoure, et c’est pour ça que s’attaquer à notre milieu, c’est s’attaquer à nos vie ; couler un plot de béton dans un champ c’est nous mettre un parpaing à la place du cerveau. Et ça il n’en est pas question !

Habiter ce n’est pas seulement se souvenir des croquants qui se révoltent à Villefranche de Rouergue, des mineurs de Decazeville, des gantiers en grève de Millau et de tous ceux qui ont eu le courage de résister et de défendre leur forme de vie ; habiter c’est aussi construire des liens avec d’autres territoires en luttes.

Nous profitons de ce moment pour clamer haut et fort notre solidarité avec les insurgés de l’isthme de Tehuantepec au Mexique qui doivent faire face aux promoteurs et aux multinationales, ainsi qu’à leurs milices et autres groupes paramilitaires ; face à un ennemi commun, exprimer notre soutien aux communautés indigènes qui tombent sous les balles pour défendre leur existence.

Nous affirmons que lutter contre un transfo, des éoliennes industrielles ou des lignes THT c’est aussi pour nous lutter au côté de ceux qui résistent et qui vivent depuis maintenant des années à NDDL contre l’aéroport, rejoindre les copains lorsqu’il le faut, malgré la distances ;

lutter ici c’est partager le combat de ceux qui peuplent d’une façon si belle le Val di Susa et qui s’organisent chaque jour pour contrer l’avancée de la ligne Lyon-Turin ;

lutter ici c’est aussi se porter à Bure et faire barrage de nos corps à des ingénieurs qui préparent le cauchemar planétaire pour les dizaines de milliers d’années à venir, à des échelles qui nous échappent, lutter pour faire échec à un complexe éléctro-industriel qui confond les habitants de la Meuse avec des poubelles publiques.

En un mot lutter ici c’est lutter contre des formes de gouvernement dont la vocation est d’étendre leurs solutions hégémoniques et désastreuses à toute la planète, au nom de leur profits et pour notre malheur. C’est lutter contre des gens qui prétendent nous dicter nos comportements, contre des gens qui gouvernent par la peur et font du monde un désert. Ces tristes sires et leur monde techno-économique pose des problèmes dont ils voudraient nous tenir responsables et auxquelles, en plus, il faudrait que nous trouvions des solutions ! Des solutions pour que surtout rien ne change.

Mais face à ce désastre savamment orchestré la seule réponse que nous devons apporter, porter ensemble, c’est une réponse politique au sens le plus riche que ce terme peut avoir. C’est se réapproprier communément, collectivement nos existences sur tous les plans, c’est l’auto-organisation dans les communes, dans les villages. C’est savoir se ressaisir de savoir-faire dont on nous a dépossédé au fil des siècles, se nourrir de coutumes disparues, inventer de nouvelles formes de vie, déserter massivement le désert qu’on nous prépare. C’est ce que nous vivons depuis deux ans à l’Amassada : festoyer, chanter, danser, construire, remporter des victoires.

Car il est clair que nous n’avons plus rien à attendre des gens qui ont systématiquement et ostensiblement étalé leur mépris et leur arrogance à notre égard, nous, habitants qui voyons nos territoire sacrifiés sans vergogne sur l’autel de leurs visées mercantiles.

Qu’il s’agisse d’élus, d’ingénieurs, de promoteurs, d’investisseurs, ou d’aménageurs ils ont largement fait eux-mêmes la démonstration qu’aucune confiance, aucun crédit ne pouvait et ne devait dès lors leur être accordés. Ni au niveau national, ni à une échelle plus locale.

Que ce soit ces derniers mois un gouvernement aux abois, et à sa tête Valls qui fait passer en force une loi scélérate à l’aide du 49.3 au mépris le plus total de la colère qui s’est exprimée dans la rue ; ou que ce soit A. Marc, sénateurs de l’Aveyron (entre autres mandats) qui a fait voter le huis clos lors de la réunion normalement publique de la Communauté de Communes (Des Raspes et de la Vallée de la Muse) qui a délibéré en faveur de l’implantation massive d’éoliennes industrielles dans la région, après avoir dégagé manu militari les habitants venu faire connaître leur opposition.

Bref le mépris qu’ils ont pour nous n’a d’égal que notre colère et notre détermination. C’est pour cette raison qu’aujourd’hui nous sommes venus déverser la terre souillée de nos sols sacrifiés pour que le Préfet sache bien que nous ne sommes pas dupes. Pour qu’il comprenne qu’aujourd’hui nous sommes venus manifester pacifiquement, mais que si lui et RTE s’entêtent nous reviendrons avec des intentions plus belliqueuses.

Nous savons que l’Enquête Publique annoncée depuis des mois à St Victor n’est qu’un simulacre de participation, une vaste blague. Pour nous cette enquête c’est la première pierre de leur projet, une occasion supplémentaire pour nous jeter leur mépris au visage. C’est pourquoi nous n’y participerons pas ! Nous n’avons que faire de leurs échéances.

Ce qui nous importe c’est de profiter et de maintenir l’élan et la force du nombre que nous sommes aujourd’hui pour nous retrouver les uns les autres, dans les mois qui viennent, et mettre en actes notre refus sur des chantiers, en des points précis du schéma qu’il croient pouvoir nous imposer.

Ne craignons pas de faire comme aujourd’hui des dizaines, voire des centaines de kilomètres pour défier l’isolement de chacun face à l’avancée des différents projets. Ils veulent des infrastructures diffuses et dispersées pour être moins vulnérables à notre opposition, ils veulent miter des pans entiers de nos espaces : il nous faut être l’essaim, la nuée qui sait fondre et frapper par surprise là où cela est nécessaire !

N’hésitons pas à bloquer des camions ou des convois entiers comme cela a été fait il y a plusieurs mois sur l’Escandorgue, soyons prêt à entraver le bon déroulement des travaux comme ce fut le cas en Haute-Durance contre les lignes THT. Allons perturber dès que nous le pouvons les réunions feutrés d’élus sans scrupules qui soldent nos terres au plus offrants, comme nous l’avons fait en septembre dernier, au PNR des Grands Causses en chassant les seigneurs locaux de leurs fauteuil confortables.

Jusque là nous avons agis de façon relativement éparse. Mais aujourd’hui nous sommes là, ensemble, à plusieurs centaines et nous faisons le pari que demain, si nous le décidons, nous remporterons des victoires. Il nous appartient dès maintenant de changer l’hiver en printemps !

Vive l’Amassada !

Vive la lutte !

Pas res nos arresta !

This entry was posted in Non au Méga-transformateur de Saint-Victor !. Bookmark the permalink.