La danse de la mort d’EDF dans le sud-est du Mexique

Des nouvelles de l’isthme de Tehuantepec (Via Lundi Matin, 30 mars 2020)

En France, montagnes, vallées, plaines et mers sont envahies petit à petit par les éoliennes d’EDF. Nos horizons, ici et ailleurs, sont des pales d’aérogénérateurs qui s’étendent à l’infini, des réseaux électriques de très haut voltage qui emmènent l’énergie on ne sait où, et des nuits qui clignotent rouge comme des mauvais rêves. Nous savons déjà que l’implantation du renouvelable en remplacement de l’énergie fossile permet d’établir un marché mondial de crédit carbone et permet au gouvernement de légitimer en parallèle le renouvellement de ses centrales nucléaires, tout en détruisant les territoires et les formes de vies diverses qui les habitent. Ceux qui luttent contre les parcs éoliens et leur méga-réseaux électriques, comme l’Amassada [1] en Aveyron, en témoignent depuis plusieurs années déjà.

Si l’on regarde au-delà, on s’aperçoit que la carte d’implantation des projets en énergie renouvelable d’EDF Renouvelables s’étend sur toute la surface du globe. Au Mexique, l’isthme de Tehuantepec, une des régions les plus venteuses du monde, en paye les frais depuis une quinzaine d’années. Là-bas, les pales des aérogénérateurs sont comme les croix d’un immense cimetière qui retient ceux qui se sont battus pour défendre l’usage de leur territoire contre la voracité des entrepreneurs. L’isthme de Tehuantepec est une région de Mésoamérique qui s’est illustrée par sa résistance millénaire face à la colonisation avec notamment la conservation de sa langue et de ses fêtes malgré des campagnes de métissage forcé depuis 500 ans. Malgré les multitudes de concessions minières qui attendent pour ouvrir la terre et les milliers d’éoliennes entre lesquelles paissent les troupeaux de vaches désorientées, la résistance ne s’arrête pas et durera tant que les convoitises colonialistes des entreprises transnationales dureront. En 2014, Alessi Dell Umbria nous avait déjà fait parvenir via son documentaire « Le vent de la révolte » les échos de la bataille victorieuse des Pueblos de pêcheurs contre une entreprise d’éoliennes dans le sud de l’isthme. Parce que la ritournelle du capitalisme vert est plus que jamais d’actualité, il convenait de faire le voyage à nouveau pour prendre des nouvelles et comprendre comment les luttes continuent dans cette région. D’autant plus qu’une gauche qui se prétend anti-néolibérale est au gouvernement depuis 2018 pour la première fois de l’histoire du Mexique. Comment ce même gouvernement qui déclare la mort du néolibéralisme peut-il justifier ce genre de projets ?

Article complet : https://lundi.am/La-danse-de-la-mort-d-EDF-dans-le-sud-est-du-Mexique

 

This entry was posted in General. Bookmark the permalink.