Récit de la journée d’inauguration

P1070233

C’est sous un beau soleil que l’Amassada s’était réveillée samedi matin. Et puis l’hiver, sous la protection duquel nous avions commencé les travaux le 21 décembre, s’est invité à la cérémonie. Il n’a pas été simple, aux environs de 14 heures, de faire sortir dans la tempête de neige la bonne centaine de convives qui se réchauffaient au coin du poêle de la cabane. La cérémonie fut conforme à la tradition : après la lecture d’un discours (que vous pouvez retrouver en intégralité dans le tract « l’Amassada » daté du 24 janvier), toute la diversité de la lutte prit la parole. Le maire de Saint-Jean-du-Tertre (petit hameau aux confins ouest de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes où trône la célèbre maison de l’Aveyron : lo Secadoz) a rappelé – en breton!- les liens historiques qui, depuis Bernard Lambert et la lutte des paysans du Larzac, unissent nos deux contrées. La propriétaire des terrains et le paysan les cultivant se sont ensuite exprimés, constatant que si le paysan est celui qui prend soin de la terre et encourage sa fertilité, tous les participants, aujourd’hui et au cours de ce mois de construction, qui ont semé de l’espoir et planté des idées, peuvent désormais s’appeler paysans.

Une fois les discours finis, au son du chant de l’Amassada, la plaque inaugurale fut dévoilée et le ruban coupé par la main innocente d’un enfant. Après un dernier chocolat chaud, nous nous sommes ensuite dirigés vers la salle des fêtes de Saint-Victor, plus à même d’accueillir le nombre des participants. Une grande discussion s’étendit des détails techniques du projet de transformateur aux expériences de lutte de la ZAD, du Cotentin-Maine, et du Val Susa.

La fanfare « la Bérézina » vint accompagner l’apéritif et réchauffer l’atmosphère tandis que la salle des fête se remplissait peu à peu. La superbe tablée a réuni 200 couverts, avant que les tables ne laissent place à la piste de danse, au son des accordéon, craba, clarinette et violon du mythique groupe de Cordes : la Talvera. La sonorisation a été assurée gracieusement par des intermittents millavois en lutte. Qu’ils en soient remerciés comme tous les bénévoles, groupes de musiques, les fabuleuses pâtissières de Saint-Victor, les intervenants d’ici ou de l’autre côté de la France, et tous ceux qui se joignirent à cette superbe journée. Un grand merci enfin à Plateau Survolté avec qui nous avons co-organisé cette journée.

Longue vie à l’Amassada !

This entry was posted in Non au Méga-transformateur de Saint-Victor !. Bookmark the permalink.